Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer email

L'efficacité de l'épilation laser dépend :

-         Du phototype : la couleur de la peau

-         Du protocole de traitement

-         Du type de laser utilisé

 

Le phototype couleur de la peau et réactions au soleil doit être pris en compte afin de paramétrer le laser pour être efficace sans endommager la peau.

Le protocole de traitement doit tenir compte du cycle pilaire pour agir en phase anagène.
Le nombre de séances et l'intervalle entre les séances sont déterminés pour apporter des résultats visibles dès la première séance.

L'épilation laser est "matériel" dépendante. Les lasers médicaux utilisés doivent être assez puissants pour délivrer une énergie (fluence) suffisante pour éradiquer la racine du poil. La durée d'émission du faisceau laser et la taille du spot laser font partie des éléments qui assureront la rapidité des résultats.

La protection de la peau est essentielle pour réduire les effets secondaires sur la peau (brûlures de la couche cornée). Plus l'énergie délivrée par le laser est importante, plus la séance est efficace pour détruire la racine du poil. Plus la peau doit être refroidie.
L'équipement d'épilation laser doit comprendre un système de refroidissement cutané puissant.

Le médecin lasériste doit être formé et avoir les compétences techniques indispensables pour conduire une épilation laser définitive.

L'âge est un facteur essentiel dont il faut tenir compte. Le nombre de séances indiqué dans nos pages permet dans 95% des cas d’obtenir la non repousse de 80% à près de 100% des poils terminaux présents lors du traitement, à partir de 25 ans chez les femmes et de 35 ans chez les hommes. Ces données tirées de l’étude de plus de 80 000 épilations laser qui montre que les résultats sont fortement influencés par l’âge au début du traitement et varient aussi selon la zone traitée, des facteurs hormonaux liés notamment à l’hérédité. Demandez conseil à votre médecin.

• Des cas de repousse s’observent lors de modifications hormonales (grossesse, acné tardive, calvitie précoce…), métaboliques (prise de poids,…), ou médicamenteuses (arrêt d’une pilule…).

top-iconHaut de page