Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer email

L'épilation laser est un acte médical

La compétence du médecin qui encadre un traitement est essentielle. Avec un laser identique, le traitement peut-être efficace ou pas et dans un laps de temps variable !

Le médecin doit maîtriser la technologie laser, la biologie de la peau et du système pilaire. Dermatologue ou "lasériste", le médecin assure la prise en charge du patient lors du premier entretien, il vérifie que toutes les conditions sont réunies pour que l'épilation laser soit efficace et ne présente pas de risque pour le patient. Il effectue des tests sur les zones de la peau à épiler afin de détecter d'éventuelles allergies.

Pour obtenir une épilation définitive, la thermo-coagulation doit être assez puissante et profonde pour détruire les deux tiers inférieurs des follicules pileux. L’épilation laser traite tous les poils à la fois sur la surface du tir.

Dans son choix de la fluence, le médecin est confronté à deux objectifs contradictoires : être efficace en utilisant des fluences élevées et éviter un échauffement excessif de la peau.

Un médecin expérimenté pourra traiter à la fluence la plus élevée possible pour obtenir la meilleure efficacité et une satisfaction durable.

Pour cela, le médecin analysera le type de peau (phototype) et observera les réactions cutanées (crépitement du poil, rétraction, expulsion de la racine, réaction érythémato-papuleuse, etc…) afin de s’ajuster au plus près de la dose maximale tolérée.

Tous ces actes permettent de personnaliser le protocole de soins. Ensuite, c'est encore le médecin qui détermine et règle les paramètres du laser avant chaque séance.

Le médecin ou l'opérateur qui réalise le traitement de la zone doit avoir une compétence "manuelle", la minutie de l’opérateur doit permettre de balayer systématiquement toute la zone à épiler pour traiter tous les poils à chaque séance.

Un premier passage est souvent effectué, puis un second, à la loupe afin de repérer les poils qui n’ont pas été touchés et qui doivent être détruits. Sans cela, les poils qui auront échappé au laser repousseront 7 à 14 mois plus tard, lorsqu'ils seront de nouveau en phase de croissance.

Des tests d’augmentation progressive de la fluence d’une séance à l’autre sont réalisés dans ce but.

Le balayage peut être confié à un(e) assistant(e) mais reste sous le contrôle et présence d'un médecin. C'est le médecin qui donne les instructions de paramétrage du laser.

top-iconHaut de page

No images
Chercher un centre